Journal de bord #1 Marion Dufresne

François Lepage nous livre son journal de bord : du 5 au 8 avril 2014. Les pièces jointes ne sont pas arrivées à destination. Patience…

5 AVRIL
Saint Denis de la Réunion, ici c’est l’été.

Depuis combien de temps n’avais-je pas vu de couleur ?
Ce sentiment d’avoir changé d’ère…

R bleu
E Vert
U Rose

Le port, face au Marion.

Il est rare que les choses se passent comme prévu. Je crois que c’est l’une des plus belles choses du métier de photographe et peut-être aussi la plus dure, l’imprévu.

L’imprévu sonne ce matin comme une bouffée d’air marin.

Nous devions appareiller le 5, finalement, le bateau ne partira que le 6. Le Marion est rentré hier soir d’un ravitaillement austral et n’a pas pu achever les opérations de chargement. Nous venons de gagner quelques heures au bord du lagon…

6 AVRIL
Ca y est. Me voilà sur le quai. Cela ressemble étrangement à un autre départ, celui du matin du 18 mars 2010.

Et à nouveau une certaine appréhension. Il y a quatre ans, j’embarquais avec Caroline Britz et mon frère Emmanuel pour mon premier reportage au long cours à bord d’un bateau. L’objectif était de faire un livre avec Caro et une exposition qui réunirait nos travaux à tous les trois.

Allais-je être à la hauteur de cet ouvrage, de l’exigence artistique et journalistique de l’un et de l’autre… J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour la passion et le travail de mon frère. Ce voyage m’a beaucoup apporté. Mes conversations avec Emmanuel avec qui j’avais beaucoup voyagé à 20 ans, m’ont amené à comprendre et accepter la dimension imparfaite de la création en mouvement. De la voir comme un mouvement justement, qui vous mène d’un point à un autre, comme un
voyage… C’est un travail, avec ses jours lumineux comme ses jours gris…

Mon travail à moi a été d’apprendre à gérer cette insatisfaction permanente pour jouir aussi de ce processus créatif, avec toutes ses imperfections.
Giacometti disait, je cite de mémoire, quelque chose comme ça : que ça rate ou que ça réussisse n’a aucune forme d’importance.

Alors voici pour moi une bonne base pour entreprendre ce nouveau voyage au long cours, et me débarrasser ainsi d’une partie de mes appréhensions.

Une partie seulement…
Car il m’est toujours difficile de revenir sur mes pas, de trouver l’envie de photographier dans un lieu connu… Ce sont toutes ces questions que je me pose là, depuis quelques jours, à quelques heures de ce nouvel embarquement, quelque chose qui me serre le ventre et qui, paradoxalement, me donne envie de repartir.
Je sais que quand j’ai peur en général, c’est bon signe, il ne faut pas reculer, il faut y aller…

A 12HOO aujourd’hui nous larguons les amarres…

7 AVRIL
Depuis notre départ, nous enchaînons les rendez-vous, pots et repas.
Consignes de sécurité à bord et lors des transferts hélico, exercice de sécurité, présentations – celle de l’OPEA (responsable des opérations logistiques), celle du Secrétaire Général des TAAF (qui est aussi le chef de District des Eparses) sur la souveraineté Française sur ces territoires, présentation des Îles par le Directeur de la Réserve Naturelle des Iles Australes… Les repas à heure fixe achèvent de ponctuer nos journées.

En ce sens c’est un peu l’ « anti-Astrolabe », le brise-glace dans lequel nous sommes restés coincés dans les glaces l’an dernier en descendant en Antarctique. Là-bas, le temps était à l’attente, à la contemplation.

Sur le Marion depuis deux jours, entre deux réunions, il m’est arrivé de m’échapper sur le pont pour faire quelques photos tout de même…

Aujourd’hui 8 avril,
Nous croisons actuellement au large de Madagascar, non loin de la pointe à l’extrême nord, le cap d’Ambre me semble-t-il.
Nous arriverons en fin de journées aux Glorieuses, première étape de notre voyage. Nous ne débarquerons que demain matin. Priorité est en effet donnée aux opérations logistiques.

Demain matin… c’est votre aujourd’hui…

Publicités

1 commentaire

Classé dans Carnet de route, Expédition

Une réponse à “Journal de bord #1 Marion Dufresne

  1. DURAND Jocelyne

    comme j’aimerais y être! Je regarde la mer depuis mon port d’attache à Ajaccio et depuis mon bureau, c’est déjà l’évasion, alors mon imagination fait le reste au fil des articles…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s